L'atelier des filles

Julien Carreyn

21 March – 26 May 2012

L’atelier des filles is Julien Carreyn’s second solo exhibition in Crèvecoeur.

Originally, the title L’atelier des filles (The Girls’ Workshop) served only as a pretext to document the cultu- ral activities of an imaginary MJC (Maison des jeunes et de la culture / French Youth & Cultural Centres). But, step-by-step, this story tinged with a “municipal” aesthetic slipped into uncharted territory, though not denying signs of an almost everyday banality. Appearing one after another, young women play the role of the academic model: dressing up in nondescript sportswear, smearing their bodies with oil, whilst assembling some curious paper cutouts. The decors succeed each other like theatre sets, with a pronounced taste for “ma- king do” with “whatever is to hand”, like an electric radiator, or a television covered with a doily. Or else in a certain “stylistic flux”, with - for instance - laundry drying near a CD rack, leading to an African statuette. The action always seems to have occurred just before or shortly afterwards, the cut/torn paper shreds piling up on the floor, walls decorated in patterns reminiscent of dominoes. The climax is elsewhere, and the narrative la- conic, with ideas gliding over one another like clips from non-existent films. A series of images progressively overlap and fadeout, arranged like the “flat-plan” used to structure the pages of a magazine.

Mina-Ha-ha, or On the Bodily Education of Young Girls, a novella by Frank Wedekind (1906) may lie at the origins of such descriptions. In the book, girls are educated in complete ignorance of the outside world, like Eglée in Marivaux’s play La Dispute. Of Wedekind’s novella, we know - beyond its fantasies - none of its opa- que intentions. Just as impenetrable are the series of photographs entitled “Girls” by the photographer Kishin Shinoyama, a seminal work.

“Here are the instructions : The two of us must gaze into the mirror, keeping eyes fixed on empty space, as if something much further away were just perceptible, something uncertain and ethereal that slowly passes wi- thout changing position. Must dress each other up by draping ourselves in ripped or too-short veils, knotting the fanciful stuff around the hips. Must make a dress out of curtains. (...) Read a silly sonnet together. Affect a very romantic tone to utter obscenities, without ever ceasing to look at ourselves in the mirror.” Rêveries des mineurs séquestrées entre fenêtre et miroir (Reveries of minors sequestered between window and mirror) by Alain Robbe-Grillet, another key narrative in this process. It’s about imaginary games in which the rules are continually changed or reversed. An illustrated soft erotic version by David Hamilton exists in a 1972 edition.

Then, Courbet’s The Artist’s Studio (subtitled A Real Allegory of a Seven Year Phase in my Artistic and Moral Life), a large painting teeming with characters conceived as a story to decipher, might - in fragmented and dispersed form - sum up L’atelier des filles. Now, indolent figures take turns appearing in small rooms, and are apt to disappear in transparency, ecstasy, abandonment and disorientation. The story is implicit, in the ac- cumulation of clues and in the gaps, reflecting an endless play of mirrors.

Technical tools also participate in this duality of appearance/disappearance with the vaguely stylised quality of laser-prints compressed on flattened coloured papers, the dull grain of graphite drawings and the profound density of screen prints in extremely pale pantones. Lyot, at the Frac Champagne-Ardenne (2011) encom- passed previous projects, forming a kind of review of the production. L’Atelier des Filles, initiated in June 2011, saw the purchase of a LaserJet 5200 tn printer, the replacement of the Leica d-lux 4 by the d-lux 5, the introduction of colour, the reconfiguration of the production studio and renewal of the formats and textures of images, thereby launching a new chapter.


L’atelier des filles est la deuxième exposition de Julien Carreyn à la galerie Crèvecoeur.

A l’origine, ce titre était un prétexte pour documenter les activités culturelles d’une MJC imaginaire. Mais, pas à pas, cette histoire teintée d’esthétique «municipale» glisse vers un territoire plus sauvage sans renier les indi- ces d’une banalité quasi-quotidienne. Apparaissant l’une après l’autre, les jeunes filles jouent au modèle aca- démique, se déguisent avec des survêtements insignifiants, s’enduisent le corps d’huile tout en confectionnant de singuliers découpages. Les décors se succèdent comme des scènes de théâtre, avec un goût prononcé pour «les moyens du bord» : radiateur électrique ou télévision couverte d’un napperon. Ou un certain «flottement stylistique» : le linge sèche à proximité d’une étagère à CD à tête de statuette africaine. L’action semble avoir lieu toujours un peu avant ou un peu après : les papiers découpés/déchirés s’amoncellent sur le sol, aux murs sont accrochés des motifs évoquant des dominos. Le climax est en dehors, la narration laconique, les idées glissent les unes sur les autres, comme des extraits de films qui n’existent pas. Cette succession d’images qui se télescopent et s’effacent au fur et à mesure semble être formulée comme le «chemin de fer» qui structure les pages d’un magazine.

Mine-Haha ou l’éducation corporelle des jeunes filles, récit de Frank Wedekind (1906) pourrait se trouver dans les origines de ce type de descriptions. Ici des jeunes filles sont éduquées dans l’ignorance du monde extérieur, telles l’Eglée de la Dispute (Marivaux). Un court roman dont on ne sait, en dehors de ses fantasmes, aucune de ses opaques intentions. Aussi opaque que la série de photographies intitulée «Girls» du photographe Kishin Shinoyama, un livre fondateur.

«Voici la liste des prescriptions : Se regarder à deux dans un miroir, tout en conservant autant que possible les yeux dans le vague, comme si l’on apercevait quelque chose beaucoup plus loin encore, quelque chose d’incertain et vaporeux qui passe lentement sans changer de place. Se costumer l’une l’autre, en se drapant dans des voiles trop courts ou déchirés. Se nouer autour des hanches un morceau d’étoffe improbable. Se faire une robe avec les rideaux. (...) Lire à deux un sonnet stupide. Prendre un air très romantique pour dire des obscénités, sans cesser de se regarder dans la glace.» Dans Rêveries de mineures séquestrées entre fenêtre et miroir d’Alain Robbe-Grillet, il s’agit de jeux imaginaires dont les règles changent et s’inversent sans arrêt. Il en existe une version illustrée par l’érotisme soft de David Hamilton dans une édition de 1972.

L’Atelier du peintre de Courbet (sous-titré Allégorie Réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique (et morale)), tableau de grandes dimensions foisonnant de personnages conçu comme une histoire à déchiffrer pourrait, dans une version fragmentée, éparpillée, résumer l’atelier des filles : ici, des figures indolentes apparaissent tour à tour dans des pièces de petites dimensions et tendent à disparaître dans la trans- parence, l’extase, l’abandon et la perte de sens. Cette histoire se lit en creux, dans l’accumulation d’indices, dans les interstices, qui reflètent un jeu de miroir sans fin.

Les outils techniques jouent eux aussi à la dualité apparition/disparition : le caractère vaguement stylisé des la- serprints écrasées par les à-plats de papiers colorés, le grain sourd des dessins à la graphite, la profonde densité des sérigraphies aux pantones très pâles. Lyot, au Frac Champagne-Ardenne (2011) englobait plusieurs projets précédents et dressait une sorte de bilan dans la production. Depuis L’atelier des filles, initié en juin 2011, l’achat d’une imprimante laserjet 5200 tn, le remplacement du Leica d-lux 4 par le d-lux 5, et l’apparition de la couleur, reconfigurent l’atelier de production. Le renouvellent des formats et des textures des images viennent alors amorcer un nouveau chapitre.

  • L'atelier des filles

    L'atelier des filles, 2012, exhibition View, Crèvecoeur, © Hélène Giansily

  • L'atelier des filles

    L'atelier des filles, 2012, exhibition View, Crèvecoeur, © Hélène Giansily

  • L'atelier des filles

    L'atelier des filles, 2012, exhibition View, Crèvecoeur, © Hélène Giansily

  • L'atelier des filles

    L'atelier des filles, 2012, exhibition View, Crèvecoeur, © Hélène Giansily

  • L'atelier des filles

    L'atelier des filles, 2012, exhibition View, Crèvecoeur, © Hélène Giansily

  • L'atelier des filles

    L'atelier des filles, 2012, exhibition View, Crèvecoeur, © Hélène Giansily